La chirurgie de reconstruction des seins peut se faire en différée ou immédiatement, après une mastectomie radicale ou lorsque l’étui cutané est conservé. Deux techniques sont en concurrence pour réaliser cette intervention à savoir : la reconstruction mammaire prothétique, la reconstruction par lambeau de grand dorsal, la reconstruction par lipomodelage des seins.

Le traitement chirurgical d’un cancer de sein est physiquement et psychologiquement éprouvant. La reconstruction mammaire permet aujourd’hui à de nombreuses femmes mutilées, d’avoir une vie normale.

La reconstruction prothétique

La reconstruction mammaire par prothèses est la technique la plus simple et la plus usuelle de la plastie de reconstruction. Les prothèses utilisées peuvent être remplies de gel de silicone ou de sérum physiologique, même si les implants en silicone sont les plus convoités. Malgré l’accessibilité de cette technique, et surtout l’amélioration de la qualité des prothèses, résistantes, avec du gel cohésif, donc pas de risques de rupture, ou d’écoulement du gel le cas échéant, certaines patientes restent sceptiques.

Les limites de la reconstruction prothétique invoquées portent sur le résultat esthétique de l’intervention : le risque de coque prothétique, infection ou exposition de l’implant ; la peur d’avoir un sein figé, moins ptotique, rigide. Il y a aussi le risque d’asymétrie en cas de reconstruction unilatérale.

reconstruction-mammaire-lipofilling-chirurgie-reconstructrice

La reconstruction autologue

Les techniques autologues ont de meilleurs résultats esthétiques et sont plus fonctionnels. Ce sont les tissus propres de la patiente qui sont utilisées. Parmi ces techniques, nous avons le lambeau et le lipofilling.

La chirurgie des lambeaux libres est celle prisée en première intention après une mammectomie. C’est une technique de reconstruction autologue aussi fiable que les lambeaux pédiculés. Les lambeaux prélevés sur la paroi abdominale ou le grand dorsal, offrent un résultat naturel, une parfaite symétrie. Il existe en effet deux types de lambeaux utilisés dans cette intervention : le lambeau du rectus abdominus et le lambeau du latissimus dorsi. La reconstruction peut être immédiate ou secondaire. L’inconvénient de ces interventions c’est d’être plus longue, plus de 6h d’opération parfois.

Lipofilling et reconstruction des seins

Le transfert de la graisse autologue purifiée est une technique de plus en plus utilisée dans la chirurgie de reconstruction des seins après une mastectomie.

Le principe

Après un prélèvement atraumatique par liposuccion, les adipocytes purifiés sont ensuite injectés dans les seins de la patiente. La technique connue aussi sous le nom de « lipofilling de Coleman », permet en effet d’améliorer le résultat esthétique d’une reconstruction mammaire par resurfaçage ou en tant que technique exclusive de rattrapage de la reconstruction des seins.

Les différentes indications

Le lipofilling dans la chirurgie de reconstruction des seins, intervient après une mastectomie prophylactique ou en cas d’exérèse bégnine ou dans les cas suivants :

  • En cas de perte de substance après une chirurgie conservatrice
  • En cas d’usage d’une prothèse des seins, le lipofilling aide au resurfaçage
  • Il sert aussi comme complément à la reconstruction des seins par lambeau musculo-cutané de grand dorsal.

L’intervention

Le matériel utilisé dans une reconstruction mammaire par lipofilling requiert, des seringues de 10 ml pour le prélèvement, des canules mousses pour le prélèvement, des canules de réinjection, une centrifugeuse pour la purification de la graisse autologue.

L’intervention se déroule sous anesthésie générale. La durée de l’intervention est de 1h15mn. Le prélèvement adipeux est fait sur la région du pannicule graisseux abdominal, comme il peut l’être sur les hanches, les cuisses, sur les fesses ou sur le dos. Le prélèvement est effectué avec une canule mousse. Après centrifugation, seule la couche intermédiaire constituée de greffons de tissus graisseux est utilisée, tandis que la couche huileuse et la couche sanguine sont abandonnées.

Après avoir décollé la zone receveuse grâce à des tunnels croisés, des petites incisions cutanées sont effectuées par le chirurgien en plan croisé et superposé, puis les greffons de graisse autologue sont réinjectés à l’aide de canules mousses. Ce sont des injections croisées et étagées, qui partent du plan profond au plan superficiel. Pour l’harmonie et l’homogénéité du volume, le tissu injecté est étalé grâce à la main controlatérale. A la fin de l’intervention, une suture est faite avec du fil non résorbable.

Le lipofilling par injection de graisse autologue est une technique simple, inoffensive et répétitive. C’est une technique innovante autant dans la chirurgie esthétique d’augmentation des seins, que dans la reconstruction mammaire.

Save